Franska forskarseminariet

Vårterminen 2020

Tid: 15.15-17.00 om inget annat anges.

Lokal: J415 om inget annat anges.

 

5 februari: Lára Hammar Björnsdottir presenterar sin magisteruppsats

L’auteure constate que les femmes pourraient être plus visibles dans le monde universitaire français : La féminisation lexicale. Une étude menée sur vingt thèses de doctorat.

Résumé

Ce mémoire s’attache à montrer la manière dont les femmes sont désignées dans vingt thèses de doctorat publiées par des écoles doctorales françaises. Plus précisément, l’analyse porte sur l’emploi des deux termes auteur et chercheur, à savoir la désignation grammaticale des femmes dans le monde de la recherche et universitaire. Elle montre qu’une féminisation linguistique est en cours ; cependant, une nette domination de la forme masculine continue de prévaloir dans les thèses étudiées en ce qui concerne l’emploi du terme auteur. L’analyse met également en lumière le fait que les femmes sont plus susceptibles que les hommes d’employer le terme au féminin (auteure), tel qu’il a été recommandé par le gouvernement français en 1999 dans le guide Femme j’écris ton nom : guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, grades, titres et fonctions (Becquer et al. 1999). Enfin, des tendances liées à l’emploi d’auteur sont également observées dans les disciplines scientifiques étudiées, où auteure est plus employée pour désigner les femmes dans certaines disciplines (telles que les sciences sociales) que dans d’autres (telles que économie et finance). Quant à chercheur, le corpus ne relève pas suffisamment d’occurrences pour déterminer la façon dont les femmes sont désignées par l’emploi de ce terme. 

 

4 mars, Gästföreläsning

Marion Bendinelli, Université de Franche-Comté

OBS! Lokal J412

OBS! Tid 10.15-12.00

 

25 mars: Mårten Ramnäs

La correspondance entre conjonction et disjonction en traduction

Dans toutes sortes de textes traduits du suédois en français, on voit fréquemment la conjonction suédoise och ‘et’ rendue en français par la disjonction ou, voir (1) ci-dessous.

  1. jag läste mest engelska och amerikanska romaner

je lisais surtout des romans anglais ou américains

Cette observation, qui peut paraître surprenante au premier abord, est le point de départ de cette communication. En effet, nous nous proposerons d'analyser les exemples où une conjonction correspond à une disjonction ou l'inverse (ochou, et eller) dans un corpus parallèle suédois-français, le CPSF (Kortteinen et Ramnäs 2002). Nous chercherons d’abord à mettre en évidence leur fréquence et leur distribution dans le corpus. Dans un second temps, nous tenterons aussi de cerner leur caractéristique et de dégager quelques facteurs qui favorisent leur apparition. Les notions de collectivité/distributivité et d'exclusivité/inclusivité nous aiderons à rendre compte des facteurs contextuels déterminants.

Langue du séminaire: français ou suédois en fonction des participants.

 

6 maj: Gästföreläsning

OBS! Lokal J412

Tom Cobb, Université du Québec à Montréal

The case for word families as the counting unit in French pedagogical word lists

Short Description:

A current controversy in English lexical studies concerns the most suitable counting unit in pedagogical word lists. The debate is between proponents of the word family and proponents of the word lemma. Most instructed languages (including French) rely on the lemma as their counting unit, but recent work with English corpora by Laufer and Cobb (2019) gives reason to favour a family approach. My talk will review the research of this issue and show how our corpus methodology can be applied to the analysis and pedagogy of French vocabulary.

Seminariet hålls på engelska.

 

20 maj: Gästföreläsning

Marlise Horst, Concordia University

Measuring learners’ French vocabulary size

Short Description:

In recent years, researchers have developed and validated several useful measures of learners’ English vocabulary size, but size measures for learners of French are few and relatively untested. My talk begins with a look at challenges in developing size measures including definitional questions (families vs. lemmas) and the role of cognates. Then I describe the development of Batista and Horst’s 2016 Test de la taille du vocabulaire (TTV) and report on its validation in Canadian contexts.

Seminariet hålls på engelska.

 

27 maj: Samarrangemang med klassiska språk

Gunhild Vidén, Britt-Marie Karlsson och Sara Moding presenterar Crenne-projektet

 

2 juni: Doktorandseminarium

OBS! C256

Maria Forsman lägger fram teoridelen i sin avhandling. Seminariet ges på svenska.

 

 

Höstterminen 2019

Tid: 15.15-17.00 om inget annat anges.

Lokal: H820 om inget annat anges.

 

4 september: Gästföreläsning

Martin Howard, University College Cork, Ireland:

"La langue française au Québec et au Canada: perspectives contemporaines"

Cette conférence vise à faire un bilan sur la situation linguistique contemporaine au Québec. Si le français et l’anglais sont tous les deux les langues officielles du Canada de sorte qu’ils ont un statut égal (Loi sur les langues officielles 1969), le français est une langue minoritaire en dehors du Québec alors qu’il constitue une langue majoritaire au sein du province. Ce statut de langue minoritaire et majoritaire à la fois pose certaines questions, en particulier concernant le poids démographique et la vitalité linguistique du français par rapport à l’anglais aux niveaux provincial et fédéral. Dans un premier temps, nous présenterons un aperçu historique des développements depuis la Révolution tranquille des années 60 et l’adoption de la Charte de la langue française (1977) pour identifier ensuite quelques défis auxquels fait face le français à l’heure actuelle. Ces défis concernent principalement la question des progrès réels qui ont été faits au cours des dernières décennies face à l’anglais depuis l’adoption du français comme la langue publique commune du province dans un but de dé-ethnicisation de la langue pour qu’elle soit ‘une langue pour tout le monde’. Dans un deuxième temps, nous considérerons donc des initiatives pour promouvoir l’appropriation du français du point de vue du rôle attribué aux immigrants et à l’éducation par exemple, ainsi que des initiatives qui visent les attitudes langagières par rapport à la qualité du français québécois et ses normes linguistiques. Nous terminerons en présentant quelques perspectives sur l’avenir de la langue au Québec ainsi qu’au Canada en général. 

 

11 september: Gästföreläsning

Amanda Edmonds, Université Paul-Valéry Montpellier 3

"Le développement de l’expression du genre grammatical en français et en espagnol L2 : une perspective longitudinale"

Résumé : Selon de nombreux auteurs, la maîtrise de l’expression du genre grammatical dans une langue seconde est souvent “notoriously difficult” (Lyster, 2006, p. 71, au sujet du français L2). Ce phénomène morphosyntaxique a en effet attiré l’attention de nombreux chercheurs dans le domaine de la recherche en acquisition des langues secondes, et ces recherches ont permis d’identifier un nombre conséquent de variables qui semblent influer sur l’expression du genre. Or, l’interaction entre ces différentes variables et l’éventuel changement dans leur importance à travers le temps n’ont pas été abordés dans les recherches précédentes. Dans ce séminaire, je partirai de ces observations pour proposer une analyse longitudinale menée dans le cadre d’un projet collaboratif de l’expression du genre grammatical en français et en espagnol L2 à l’écrit comme à l’oral. Les données proviennent du corpus LANGSNAP (Mitchell, Tracy-Ventura, & McManus, 2017), qui contient des données longitudinales recueillies auprès d’apprenants britanniques du français ou de l’espagnol sur une période de 21 mois, y compris une année universitaire passée à l’étranger. Nous avons analysé plus de 14,000 exemples d’accord en français L2 et plus de 16,000 en espagnol L2. Pour nos analyses, nous avons généré des modèles linéaires mixtes généralisés afin d’identifier quelles variables (linguistiques et extra-linguistiques) rentrent en jeu dans l’expression du genre grammatical chez un échantillon des apprenants. A la différence des recherches précédentes, cette approche analytique nous permet d’examiner la contribution de chaque variable en parallèle et de déterminer si l’influence des variables change au cours des 21 mois représentés dans le corpus.

 

18 september: Gästföreläsning

Margareta Kastberg Sjöblom

"Le discours du dictionnaire – L’apport de la textométrie en lexicographie"

Dans l’élaboration d’un dictionnaire la conception normative et le poids institutionnel du dictionnaire constituent un vrai problème pour le lexicographe bilingue. Cette question est non seulement liée à la norme linguistique, mais aussi fortement ancrée dans culture. En effet, le dictionnaire bilingue, institution interculturelle par essence, est un carrefour où deux voire plusieurs cultures se rencontrent, où il s’agit souvent, non seulement de trouver des équivalences aux mots et à leurs sens, mais aussi de transposer des mots, des phrases, des idées et des concepts même lorsque aucun équivalent existe entre la langue source et la langue cible. Ces contrastes, qu’ils soient syntaxiques, lexicaux, conceptuels, culturels ou idéologiques, constituent un vrai défi pour le lexicographe car la transposition n’est pas aisée et l’on constate malheureusement des déformations relativement grossières dans les dictionnaires, notamment dans le traitement des registres de langue entre différentes cultures. Les différentes théories et méthodologies de la linguistique de corpus ouvrent plusieurs voies de travail, primordiales dans la pratique lexicographique. Le recours au corpus de référence pour chercher et attester l’emploi effectif d’un item ou d’une expression est aujourd’hui indispensable. La constitution et l’exploration systématique de corpus de référence adéquats en langue française deviennent une nécessité pressante. Le « discours dictionnairique » mérite également d’être considéré pleinement, en tant que discours, en tant que genre particulier, et d’être analysé en tant que tel avec les méthodes d’aujourd’hui que proposent la lexicométrie et la textométrie.

 

25 september: Gästföreläsning

Margareta Kastberg Sjöblom

"Texte, genre et culture - Analyse d’un discours historique"

Les théories de l’analyse du discours dite « à la française » qu’a proposé Dominique Maingueneau et qu’il contribue à renouveler depuis, ont été révélatrices dans l’étude de textes. Les différentes méthodologies d’analyse textuelles – quantitatives aussi bien que qualitatives - prennent tout naturellement leur place dans le rapprochement des théories et des méthodologies traditionnellement attachées aux sciences du langage avec celle de la littérature et de la culture. La linguistique textuelle que propose Jean-Michel Adam intègre aussi pleinement la dimension intertextuelle. Dans ses derniers ouvrages il renonce même à la dissociation entre « texte » et « discours » pour adopter une méthodologie qu’il appelle « Analyse textuelle des discours ». En effet, un texte n’est « discours » que par sa mise en relation avec l’interdiscours d’une formation socio-discursive autant comme un lieu de circulation des textes que de catégories génériques. François Rastier propose de son côté depuis plusieurs années diverses pistes de « réinscription contextuelle » de la relation entre texte et discours, et il insiste sur la place de la science des textes dans l’analyse de discours. Nous proposons ici, pour illustrer ce concept de circularité textuelle, l’étude d’un discours politique historique – L’appel du 18 juin 1940, prononcé par le Général de Gaulle.

 

16 oktober: Presentation av masteruppsats

Thomas Caël

"Les langues étrangères, l’Anxiété et la motivation. Étude sur les attitudes langagières de 14 Français vivant en Suède"

Résumé

Le but de cette étude est d’analyser la corrélation entre l’anxiété des langues étrangères et la motivation à travers les attitudes langagières de 14 Français établis en Suède. Les travaux de Horwitz et al. (1986) sur l’existence d’une anxiété des langues étrangères en milieu scolaire ont été suivis ainsi que la recherche de Caël sur les attitudes langagières de sept Français envers l’anglais en France (2017). Un sondage revisité de Caël (2017) a été administré aux 14 répondants, puis, deux d’entre eux ont participé à une entrevue où ils ont pu approfondir leur témoignage sur le sujet de cette étude. Les résultats ont montré premièrement que les Français en Suède présentent un niveau d’anxiété plus faible que les Français en France. Deuxièmement cette étude a relevé l’influence de la motivation sur la qualité de l’apprentissage et de l’acquisition d’une langue étrangère. Troisièmement, le facteur d’efficacité personnelle compris dans le concept de motivation a été confirmé comme diminuant le niveau d’anxiété.

 

4 december: Gästföreläsning, samarrangemang med Språk och lärande

Malin Ågren, Lunds universitet

"Évolution de l’étude de la langue française à l’école suédoise : les tendances de 2000 à 2018"

Résumé

Cette étude propose une analyse de la proportion d’élèves suédois qui étudient le français au collège et présente une réflexion plus générale sur la situation de l’enseignement du français en Suède. A partir de données statistiques de la base de données SIRIS, mise à disposition publique par la Direction nationale des Établissements scolaires, les résultats montrent que, même si la proportion d’élèves qui étudient une langue moderne a augmenté de 62% en 2000 jusqu’à 72% en 2018, le français a baissé de 20% à 14% pendant la même période. Suite à des facteurs géographiques et démographiques, la langue française est surtout étudiée dans les grandes villes alors que l’apprentissage de cette langue devient de plus en plus rare dans les écoles des petites villes et des zones rurales. Depuis quelques années, le nombre de communes qui n’enregistrent aucun élève de français a augmenté.

 

11 december: Halvtidsseminarium

Linnéa Kore

 

18 december:

Elisabeth Bladh, Göteborgs universitet och Henrik Henriksson, Lunds universitet

"Återgivningen av passé composé och imparfait i svenska och tyska (ny)översättningar av Albert Camus’ L’Étranger"

Vi kommer att presentera en undersökning som vi deltog med vid konferensen AUTOUR DE L’ÉTRANGER DE CAMUS ET DE SES TRADUCTIONS : APPROCHES LINGUISTIQUES DES QUESTIONS DE TEMPS, D’ASPECT, DE MODALITÉ, ET D’ÉVIDENTIALITÉ  som ordnades vid Université Sorbonne Paris Cité i november 2017. https://etranger-tame.sciencesconf.org/

Föreläsningen hålls på svenska!

This comparative bi- and monolingual study investigates the strategies used for translating the French past tenses (PC and imparfait) in four Swedish and German translations of L´Étranger from 1948, 1994 (German) and 1946 and 2009 (Swedish). The analysis is based on models from the fields of contrastive linguistics and translation studies. As two target texts in the material are new translations, special attention will also be given to the retranslation hypothesis (i.e. a retranslation is more source oriented, cf. Berman 1990). Given the grammatical restrictions it might indeed be difficult for a translator to render both the semantics and the stylistic effects connected to the past tenses of the source text. German and Swedish are in many ways typologically similar but still differ considerably from French, and from each other, when it comes to past tense: Swedish past tense (preteritum) is aspectually neutral, but could be combined with a   progressive or habitual marker or another aspectual auxiliary, prompting an imperfective – or perfective – interpretation of the clause. German on the other hand has two past tenses: the synthetic “Präteritum” and the compound perfect tense often used as “analytisches Präteritum”. Unlike French though both tenses are more or less aspectually neutral. A difference to Swedish is that German seems to provide fewer aspectual markers (Henriksson 2006, 2015). We will above all address two research questions reflecting two main challenges for the translators of L´Étranger with respect to the alternation between PC and imparfait in the French original. Both challenges concern the translators’ tendencies to give preference to semiotic form (and rhythm) or aspectual semantics:

  1. Do the German translators alternate between Präteritum (for imparfait) and perfect (for PC) or do they opt for a more target language oriented strategy using primarily the Präteritum, i.e. the tense traditionally used in German literary narrative.

 

  1. Is the use of progressive or habitual markers (for imparfait) or other aspectual auxiliaries (for PC) more frequent in the Swedish versions? If so, is this strategy used more often in the first translation since it rather corresponds to Swedish stylistic norms than to a source text oriented translation?        

 References

Camus, Albert. L´Étranger. Gallimard, Paris, 1942.

Camus, Albert. Främlingen, translated by Sigfrid Lindström, Stockholm, 1946.

Camus, Albert. Främlingen, translated by Jan Stolpe, Stockholm, 2009.

Camus, Albert. Der Fremde, translated by Georg Goyert and Hans Georg Brenner. Düsseldorf, 1948.

Camus, Albert. Der Fremde, translated by Uli Aumüller. Reinbek bei Hamburg, 1994.

 Berman, Antoine. ”La retraduction comme espace de la traduction”, Palimpsestes, 4 | 1990, 1-7.

Bylin, Maria.  Aspektuella hjälpverb i svenskan. Stockholm, 2013 (Stockholm Studies in Scandinavian Philology. New Series 58).

Chuquet, Helene. “Loss and gain in English translations of the French imparfait”. In: Granger, Sylviane et al. (eds.): Corpus-based Approaches to Contrastive Linguistics and Translation Studies. Amsterdam 2003, 105-122.

Comrie, Bernard: Aspect. An Introduction to the Study of Verbal Aspect and Related Problems. Cambridge, 1976.

Henriksson, Henrik: Aspektualität ohne Aspekt? Progressivität und Imperfektivität im Deutschen und Schwedischen. Lund, 2006 (Lunder Germanistische Forschungen, 68).

Henriksson Henrik. Ist die perfekte Imperfektivität eine Illusion? Eine Pilotstudie zur Übersetzung des französischen Imparfait ins Deutsche und Schwedische. In Magnus P., Ängsal & Frank Thomas, Grub. (eds.) Visionen und Illusionen. Beiträge zur 11. Arbeitstagung schwedischer Germanistinnen und Germanisten. Text im Kontext in Göteborg am 4./5. April 2014. Nordeuropäische Arbeiten zur Literatur, Sprache und Kultur 2015,151-166), 3. Peter Lang Publishing Group.

Smith, Carlota S. The Parameter of Aspect. Dordrecht, Boston, London, 1991 (Studies in Linguistics and Philosophy, 43).

Tegelberg, Elisabeth. ”La transmission de l’étrangéité : traduire et retraduire Camus en suédois”. Traduire, 2014. DOI: 10.4000/traduire.676

Vårterminen 2019

Tid: 15.15-17.00 om inget annat anges.

Lokal: H634 om inget annat anges.

23 januari: Presentationer av magisteruppsatser

Thomas Caël : L’anxiété des langues étrangères : Étude sur les attitudes et l’usage de l’anglais chez sept Francophones

Och

Oda Martin Åhrman : LE PAYSAGE LINGUISTIQUE DE BRUXELLES. Une étude comparative des langues employées sur les panneaux publicitaires dans trois gares

Résumé Caël: C’est dans le contexte de la globalisation des langues que l’étude présente se place. Les attitudes françaises sont ici analysées en les rapportant sur une échelle d’anxiété des langues étrangères créée par Horwitz, Horwitz & Cope (1986) et actualisée pour les besoins de notre recherche. Ainsi, trois situations présentant un contact avec l’anglais ont été identifiées : l’école, la vie professionnelle et le quotidien/vie privée. Le but est de relever, pour chacune de ces situations, le niveau d’anxiété des langues étrangères ressenti. Pour ce faire, un sondage en ligne préalable a été administré à onze personnes et parmi celles-ci, sept ont été sélectionnées pour participer à des entrevues approfondies. L’étude montre qu’un cas d’anxiété prenant sa source dans le cadre scolaire se répercute plus tard dans la vie professionnelle d’un répondant. Il a aussi été remarqué que l’écoute quotidienne de l’anglais via les médias (télévision, musique, internet, jeux-vidéo) a un effet positif sur l’apprentissage de la langue sur le long terme et que le caractère volontaire et personnel (non obligatoire comme à l’école ou au travail) influe sur les attitudes des répondants face à l’anglais au fil des années.

Résumé Martin Åhrman: Le but de cette étude est d’examiner l’usage des langues sur des panneaux publicitaires dans trois gares à Bruxelles. Les questions de recherches sont les suivantes : Comment se fait la distribution des langues sur les affichages dans les gares en ce qui concerne le nombre de langues, les combinaisons de langues ainsi que le format des panneaux ? Quant au placement des gares, y a-t-il un lien entre le placement et la distribution des langues sur les affiches analysées ? Nos résultats sont ensuite comparés avec l’étude similaire de Wenzel (1998). Pour ce faire, 712 panneaux monolingues et multilingues ont été observés et enregistrés dans la Gare du Nord, la Gare Centrale et la Gare du Midi. Ensuite, ces panneaux ont été catégorisés selon leur type (monolingue/multilingue), la distribution des langues ainsi que leur format. Les résultats de cette étude révèlent un nombre considérable d’affiches monolingues (82,4%) par rapport aux multilingues (17,6%). A l’égard des affiches monolingues, le français occupe 39,2% des 712 affiches, le néerlandais 36,9% tandis que l’anglais représente 6,3%. Les affiches restantes contiennent des combinaisons de plusieurs langues, par exemple bilingues français-néerlandais ou trilingues français-néerlandais-anglais. Globalement, la majorité des affiches multilingues sont bilingues français-néerlandais. Or, la présence de l’anglais est considérable. Contrairement aux résultats de Wenzel (1998), les nôtres montrent que l’usage de l’anglais est plus courant aujourd’hui et le bilinguisme plus fortement marqué dans les affiches présentes qu’auparavant. Il y a également un rapport entre le placement des gares et la distribution des langues. Toutefois, les différences ne sont pas importantes.

 

6 februari: Gästföreläsning

Anca Braescu, Université de Suceava, Roumanie:

"Irina Mavrodin, - figure emblématique de la traduction littéraire en Roumanie"

Médiateur entre langues et cultures, co-auteur de l’ouvrage, ambassadeur de la littérature étrangère, le traducteur littéraire est par excellence une figure complète et cosmopolite. En Roumanie, une des figures emblématiques dans ce domaine est Irina Mavrodin, traductrice contemporaine du français vers le roumain et du roumain vers le français. Une incursion dans son œuvre traductive nous permettra d’en observer la diversité et la complexité. Connue notamment en tant que traductrice de Proust en roumain, son activité dans le domaine de la traduction est encore plus vaste : des genres littéraires divers (romans, écrits philosophiques, prose courte), des auteurs issus d’époques différentes (de Madame de Staël à Frédéric Beigbeder) et d’espaces culturels éloignés du point de vue culturel (la France, mais aussi la Suisse, la Belgique, l’Afrique). Cette riche et diverse activité pratique a engendré une réflexion originale, nommée par Irina Mavrodin elle-même pratico-théorie de la traduction et qui représente pour l’espace culturel roumain un point tournant dans la théorisation du traduire. Ces deux dimensions de sa contribution dans le domaine de la traduction seront abordées afin d’en déceler les particularités et d’en observer l’impact sur le devenir de la traduction en Roumanie. Le va-et-vient entre le travail pratique et la réflexion sur le traduire engendre des effets productifs sur les deux plans, rendant l’activité d’Irina Mavrodin exemplaire en Roumanie et reconnue en Europe.

 

6 mars: Föreläsning

Ingmar Söhrman:

Présent inclusif  and passé composé à valeur de présent accompli in French and Occitan”

Seminariet äger rum på franska.

 

10 april: Gästföreläsning

Liviu Lutas, Linnéuniversitetet:

« L'intermédialité dans l'œuvre de Patrick Chamoiseau »

Résumé: L’œuvre de Patrick Chamoiseau est illustrative d’un point de vue intermédial. En effet, déjà ses premières publications ont été acclamées pour l'oralité de leur style. Or l'oralité de l'écriture est justement un des détails qui peuvent être abordés sous l'angle de l'intermédialité. Dans cette présentation, j'analyserai si certains modèles théoriques actuels de l'intermédialité, surtout celui de Werner Wolf complété par celui de Lars Elleström, peuvent être utilisés pour jeter une nouvelle lumière sur l'oralité et sur la visualité dans l'œuvre de Chamoiseau, surtout dans les cas des romans Solibo Magnifique, Texaco (1992), Biblique des derniers gestes (2002) et L’empreinte à Crusoé

 

24 april: Föreläsning

Ugo Ruiz:

« Tuer au nom de valeurs démocratiques »

Résumé

Les discours meurtriers ont en commun une déshumanisation de l’autre, qui vise autant à créer un rejet que d’empêcher toute forme d’identification. C’est un processus qui se retrouve dans le cas du discours que j’ai choisi d’étudier : le discours de François Hollande prononcé le 16 novembre 2015, suite aux attentats du 13, dans lequel le Président de la République justifie devant les Sénateurs et les Députés réunis en Congrès à Versailles une action militaire en réponse aux attaques terroristes. Cependant, ce discours n’est pas tant caractérisé par une logique de déshumanisation de l’ennemi qu’une logique d’identification aux victimes présentées comme martyrs de la Nation et plus généralement des démocraties. La portée meurtrière de ce discours n’est en effet pas simple à percevoir à cause de l’affecte qu’il convoque et de sa dimension fortement ontologique. Il semble que le droit de tuer, formulé implicitement dans ce discours, se joue sur un plan extrajuridique : celui de la souveraineté et du territoire auquel Hollande fait également allusion. Pour saisir et comprendre la portée meurtrière de ce discours, il sera nécessaire de prendre en compte les particularités de ce discours. Ce qui m’amènera à identifier la visée du discours, la position que celui-ci assigne aux destinataires et celle que prend le producteur du discours, c’est-à-dire le Président Hollande. Après cette réflexion sur les caractéristiques du discours, il sera possible d’isoler les éléments meurtriers, notamment le pronom nous, et d’interroger le lien entre pouvoir et actions meurtrières.

 

22 maj: Doktorandseminarium

Maria Forsman

 

Höstterminen 2018

Länk till lokalbokning för seminarierna i TimeEdit

Tid: 15.15-17.00 om inget annat anges

 

27/8, H820:

Matilde Tiozzo: presentation av avhandlingskapitel

 

5/9, 13.15-15.00, H820:

Maria Forsman: presentation av avhandlingskapitel

 

12/9, H820:

Margareta Kastberg Sjöblom, Université Franche-Compté, Frankrike: 

« La textométrie et ses applications – études de variations de genres »

La notion de genre reste encore aujourd’hui l’institution première notamment du code littéraire, bien qu’elle ait souvent été discutée et remise en question. Les théoriciens la considèrent avec réserve, affirmant que chaque genre littéraire en englobe plusieurs, et les hésitations terminologiques manifestent ce caractère “d’appartenance multiple et emboîtante” de tout écrit littéraire. En effet, la codification des genres n’est pas chose aisée ni stabilisée. Le système traditionnel nous propose – ou nous impose – selon le code générique institutionnel, certaines classifications reconnues : romans, nouvelles, essais, etc.

Pourtant les études en sciences du langage ont montré que les genres existent, qu’on le veuille ou non, et qu’il serait inconcevable sur le plan purement linguistique de nier l’existence de différentes typologies de textes ou de genres de discours. L’analyse textométrique valide cette idée, l’opposition générique est extrêmement claire et permet de définir des caractéristiques génériques en s’appuyant, non sur des valeurs anthropologiques ou sociales, mais sur les propriétés mêmes des textes.

Le présent exposé propose d’étudier les variations et les oppositions génériques, en s’appuyant sur un corpus informatisé et lemmatisé, et en exploitant les méthodologies de l’analyse de données textuelles les techniques quantitatives.

Le recours à des outils de traitement informatiques ou mathématiques particuliers permet en effet de dégager les modèles de fonctionnement (lexical, grammatical, syntaxique, phraséologique, pragmatique) des discours et des textes pour une meilleure compréhension des genres discursifs et de la textualité. L’analyse du corpus en situation montre en effet que le lexique, la morphosyntaxe, la structure et le rythme du récit varient avec les genres du discours. L’opposition entre les différentes typologies est toujours présente et souvent même prépondérante dans les différentes analyses statistiques, notamment lorsque l’on s’intéresse comme ici à la sémantique et aux structures thématiques.

 

14/9, 13.15-15.00, C364:

Mersiha Bruncevic: Slutseminarium

Extern granskare: Barbro Nilsson Sharp, Umeå universitet

 

19/9, H818:

Margareta Kastberg Sjöblom, Université Franche-Compté, Frankrike:

"Voix de présidents africains : Analyse de discours politiques en Afrique subsaharienne francophone avec des méthodes outillées"

Le rôle de la langue française en Afrique a eu une grande importance dans l’évolution des nations anciennement colonisées par la France et par la Belgique, surtout en Afrique du Nord et en Afrique de l’Ouest, non seulement pendant la période de la colonisation mais aussi durant les périodes de l’indépendance et de la décolonisation. La multitude de langues et la cohabitation des celles-ci dans des constellations diverses dans ces régions ont donné à la langue française non seulement le statut de langue véhiculaire mais également un rôle politique important, et le français reste aujourd’hui la langue administrative et éducative officielle dans de nombreux états. Dans certains états, comme par exemple le Bénin, le français est même la seule langue officielle. Par conséquent la presse, la radio, la télévision et d’autres média diffusent en français, l’élite intellectuelle est formée en France et les discours politiques sont majoritairement prononcés en français.

Dans ce travail nous avons constitué un corpus à partir des discours prononcés par des présidents de plusieurs pays francophones d’Afrique ; la Guinée Conakry, le Burkina Faso, le Sénégal, le Cameroun et le Bénin. Le corpus regroupe des discours prononcés et diffusés pendant des campagnes électorales, durant le mandat d’exercice en tant que président dans des situations différentes ; discours devant l’assemblée générale, discours qui s’adressent au peuple, à la jeunesse, des discours de vœux etc. L’analyse qui s’appuie sur les méthodes textométriques vise une étude comparative de la communication et de l’argumentation du pouvoir politique en Afrique de l’Ouest.

 

26/9, H818: Margareta Kastberg Sjöblom, Université Franche-Compté, Frankrike:

La naissance de l’opéra français : établissement et exploration textométrique d’un corpus patrimonial de l’époque classique

Ce travail s’intéresse à l'analyse textométrique d'un genre particulier et à une époque particulière de l'histoire de France. Il s'agit de la naissance de l'opéra français, sous le régime de Louis XIV. Comment aborder le lexique et le style si particuliers, caractéristiques d’une époque, d’un contexte social ? Comment aborder un corpus historique de valeur patrimoniale ?

L'exploration des données textuelles ainsi que l'analyse textométrique ouvrent la voie à une véritable analyse de discours de ce genre spécifique qu'est le livret d'opéra. En effet, l’analyse de données textuelles (ADT) telle qu’elle se pratique aujourd’hui, avec des outils informatiques de plus en plus performants, permet des analyses précises sur la structure d’un texte, sur son lexique, sur la morphologie et les parties de discours aussi bien que sur la chaîne syntaxique ; elle autorise des interprétations et fournit des connaissances sur l’esthétique d’un genre et sur le discours.

L'exploration et l'analyse de ce corpus mettent l’accent sur l’étude sémantique et thématique. Il s’agit, au-delà de l’analyse textométrique « traditionnelle » de la distribution des fréquences et de leurs récurrences, de l’analyse des spécificités lexicales, d’une étude plus approfondie sur les constellations thématiques dans ce genre naissant qu'est l'opéra baroque dans une perspective exogène – grâce aux corpus de référence – aussi bien que dans une perspective endogène.

Les nouvelles techniques qu'offrent les logiciels textométriques, notamment celles d'analyses de constellations cooccurrencielles, ouvrent désormais la voie à une analyse sémantique et thématique systématique, dans la mesure où la récurrence des différents éléments de l’entourage d’un item lexical et le caractère des liens qu’ils tissent entre eux sont identifiables par l’ordinateur.

Enfin, on peut constater que ces nouvelles techniques d’exploration informatisée, de traitement statistique et d'analyse des données textuelles sont le terroir potentiel de nombre de recherches interdisciplinaires à partir de ce type de corpus, que ce soit en sociologie, psychologie, histoire, littérature, philologie, etc. ; elles ouvrent ainsi la voie à une vraie dimension de philologie numérique.

 

27/11, H818: Mårten Ramnäs

Förenklade texter och vokabulärinlärning

För andraspråksinläraren är vokabulären central vad gäller alla språkliga färdigheter (höra, tala, läsa, skriva). Särskilt tydligt är sambandet mellan vokabulären och läsförståelsen. Att tillägna sig en rik vokabulär är därför avgörande för att bli duktig på sitt andraspråk.

Förenklade skönlitterära texter förs ibland fram som en bra möjlighet för andraspråksinläraren att – trots begränsad språkfärdighet – läsa extensivt på det främmande språket och därigenom indirekt lära sig nya ord. Några forskare menar till och med att extensivläsning av förenklade texter med ökad svårighetsgrad (på engelska så kallade graded readers) kan ta inläraren hela vägen fram till att bli kapabel att läsa autentisk modern skönlitteratur på det främmande språket. Andra forskare menar att detta är orealistiskt. I mitt bidrag vänder och vrider jag på data och argument som förts fram i debatten om extensivläsning och vokabulär. Jag redogör också för en pågående kvantitativ studie av vokabulären i en engelsk och en fransk serie förenklade texter.

Seminariet är ett samarrangemang mellan Franska forskarseminariet och Språk och lärande och ges på svenska.

 

12/12, H820:

Andreas Romeborn: "La figure étymologique: une typologie"

 

 

Vårterminen 2018

28/3, H636:

Ugo Ruiz : « Tuer au nom de valeurs démocratiques »

Pour ce séminaire, je présenterai un projet de communication sur « les discours meurtriers ». J’espère avoir un certain nombre d’éléments à discuter.

Résumé

La contribution portera sur « la figure de l’ennemi » telle qu’elle est présentée dans la « guerre contre le terrorisme ». On montrera que, dans ce contexte, l’ennemi prend les traits d’une menace extérieure qu’on peut éliminer sans se soucier de respecter le droit dans certaines zones du globe. Or, il peut également prendre les traits d’une menace intérieure, puisque des terroristes sont aussi présents sur le territoire français, où ils sont alors protégés par le droit qui s’applique aux citoyens. Notre corpus d’analyse inclura des discours d’hommes politiques français, ainsi que des articles publiés sur les sites d’information du Monde et du Figaro à certains moments clés de la « guerre contre le terrorisme ». Ce corpus permettra de se demander si les appels guerriers relayés par les médias n’aboutissent pas, comme dans des régimes totalitaires, à une forme de propagande, dans la mesure où ils concentrent l’inquiétude de l’opinion publique, qui se trouve ainsi dans l’incapacité de prendre de la distance par rapport aux événements et aux choix politiques qui les motivent.

Bibliographie

Christophe Barthélemy, La Judiciarisation des opérations militaires, L'Harmattan, 2012.

Patrick Charaudeau, « Il n’y a pas de société sans discours propagandiste », Communication de l’État et gouvernement social, Presses Universitaires de Grenoble, 2009.

Noam Chomsky Le Nouvel Humanisme militaire : Leçons du Kosovo, Page Deux, 2000.

 

18/4, C450:

Christina Lindqvist & Mårten Ramnäs: "Vilken roll har kognater vid uppskattningar av ordförrådets storlek?" 

Seminariet är ett samarrangemang med forskningsområdet Språk och lärande och hålls på svenska.

Abstract:

The aim of the present paper is twofold. First, it aims to provide an overview of Swedish university students’ receptive vocabulary size in French. Second, it focuses on methodology by examining the role played by English/French and English/French/Swedish cognates in the estimated vocabulary sizes. Swedish students (n=28), who were all enrolled in a French course at a Swedish university, participated in the study. At the time of the data collection, they were at the end of the second semester of studies, which means that they were at the B1 or B2 level according to the CEFR scale. They had all learned English as a second language before they started to learn French as their third language. For the purposes of the present study, the Test de la Taille du Vocabulaire (Batista & Horst 2016) was used. The test taps into the 10 000 most frequent words of the French language and is based on the Lonsdale & Le Bras (2009) frequency list. The results show that the Swedish university students know around 7 300 words on average. However, a detailed qualitative analysis of the test items reveals that a considerable amount of the words known are French/English or French/English/Swedish cognates. The French/English cognate issue is also discussed in Batista & Horst (2016). In the present paper, we discuss to what degree the cognate factor has a facilitative effect and whether it has an impact on the overall vocabulary size estimates.

References

Batista, R., & M.-L. Horst. 2016. “A New Receptive Vocabulary Size Test for French”. Canadian Modern Language Review 2 (2): 211-233.

Lonsdale, D. & Le Bras, Y. 2009. A Frequency Dictionary of French: Core Vocabulary for Learners. London and New York: Routledge Frequency Dictionaries.

  

25/4, H737:

Karl Erland Gadelii, Université Paris-Sorbonne: "La notion du « prédicat » : points de vue linguistiques et didactiques"

En 2016, Le Conseil supérieur des programmes (CSP) en France a décidé d'introduire la notion de « prédicat »  dans l’enseignement du français à l’école primaire. Cette nouveauté a provoqué l'irritation des professeurs de langue ainsi que des parents, qui, entre autres, ont trouvé cette notion « inutilement complexe ». Or, les linguistes pensent que la notion du « prédicat » est indispensable afin de bien pouvoir comprendre la nature du langage. Nous examinons dans cet exposé les arguments des deux côtés, et décortiquons en particulier l’argument des professeurs de français disant que la notion du « prédicat » complique l’apprentissage de la grammaire de la part de l’enfant. 
 

23/5, H737:

Maria Forsman, presentation av avhandlingsprojekt. Seminariet hålls på svenska. OBS! Seminariet är inställt.

30/5, H737:

Linnéa Gunnarsdotter, presentation av avhandlingskapitel

Höstterminen 2017

Tid: 15.15 - 17.00 om inget annat anges.

 

13/9, H634:

Linnéa Gunnarsdotter: Presentation av avhandlingskapitel

 

27/9, H634:

Mersiha Bruncevic: Presentation av avhandlingskapitel

 

11/10, H634:

Karl Ågerup, Göteborgs universitet, LIR: Penser avec Jean Genet l’articulation entre politique et esthétique  

Nous nous proposons de discuter de l’articulation entre le politique et l’esthétique dans « Violence et brutalité » (1977) et Un captif amoureux(1986) de Jean Genet. Encore qu’énoncés sous l’angle de la gauche extraparlementaire allemande et de la résistance palestinienne, ces deux textes ne sont guère à caractériser comme des textes de propagande mais ils démontrent un détachement considérable du schème discursif politique. Nous nous interrogerons sur la question du contrat de lecture instituée par Genet et discuterons des effets esthétiques de la posture rebelle et engagée.

 

1/11, H634:

Anders Bengtsson, Stockholms universitet: Le destin spectaculaire du suffixe –issime

Parmi les suffixes qui ont connu un succès en français les dernières années, surtout dans la langue parlée ou dans la langue écrite informelle, -issime occupe une place particulière. Le locuteur a aujourd’hui le choix entre très rare et rarissime, mais le sens est-il le même pour  lui? À la différence du suffixe –os, étant une nouveauté pour le français, -issime est présent dès la Renaissance. C’est à cette époque que les suffixes –esque et –issime deviennent productifs en français selon Siouffi. Or il faut également se souvenir que le suffixe latin –issimus, marquant un haut dégré, a abouti à –isme en ancien francais, mais qui n’a pas eu de succès en français. Ce superlatif absolu apparaît surtout dans les vies de saints et de saintes, mais disparaît plus tard de l’ancienne langue à la différence de l’italien et l’espagnol, où ce suffixe est fort répandu.

Cependant, le suffixe reviendra dans la langue française au cours de la Renaissance, emprunté à l’italien, ou peut-être au latin. Il marquera un haut dégré dans des termes d’étiquette tels que excellentissime et illustrissime, ainsi que dans rarissime et richissime et dans des formations occasionnelles, parfois plaisantes, de la langue littéraire.

Notre propos dans cette communication est de faire, d’une part, un inventaire des occurrences dans la littérature à l’aide de la base textuelle Frantext ; d’autre part, nous étudierons la situation pour ce suffixe dans la langue informelle sur Internet, à priori proche de la langue parlée. On peut noter que ces dernières formes ont souvent un sens d’ironie et de surenchère.

 

13/12, H323:

Mersiha Bruncevic: Presentation av avhandlingskapitel

 

 

Vårterminen 2017

Tid: 15.15 - 17.00 om inget annat anges.

 

25/1, C364:   

Maria Rosenberg, Umeå universitet: ”Svenska i fransk kontrast”

Jag kommer att prata om svensk substantiv-substantiv (NN) sammansättning i fransk kontrast. I svenskan är sammansättning en starkt produktiv ordbildningsprocess, medan franskan istället föredrar olika typer av mer eller mindre lexikaliserade syntaktiska konstruktioner. Denna strukturella skillnad mellan språken kan utgöra en viss svårighet både för inlärare och översättare. Olika studier behandlas, vilka bland annat berör semantiska relationer, översättningstekniker och bruket av NN-sammansättning i olika texttyper och översättningar. Studierna är baserade på olika typer av parallellkorpusar och visar entydigt att svenska NN-sammansättningar främst motsvaras av enkla N eller av N A- eller N de (DET) N-fraser i franskan.

 

15/2, C450:

Mersiha Bruncevic: Presentation av avhandlingskapitel

 

22/2, C450:

Françoise Sule, Stockholms universitet och Marianne Molander Beyer, Göteborgs universitet: "Ord och inga visor! Hedvig Charlotta Nordenflycht och Jean-Jacques Rousseau"

Den schweiziske upplysningsfilosofen Jean-Jacques Rousseaus ( 1712-1778) internationella inflytande kan inte överskattas och hans idéer är till stor del relevanta idag. I viss avseenden som vad gäller synen på kvinnor var han dock ett barn av sin tid, vilket Hedvig Charlotta Nordenflycht (1718-1763), en av tidens främsta svenska poeter och kulturpersonligheter reagerade emot i sin skrift “ Fruentimrets försvar”. Efter 250 år utges nu Hedvig Charlotta Nordenflychts genmäle till Rousseau i kvinnofrågan, som hon så intensivt önskade skulle bli översatt och utgöra en brandfackla i den europeiska diskussionen i en tvåspråkig volym med fransk och engelsk text.

Presentation av forskningen och arbetet kring boken.

 

24/5, C450:

Linnéa Gunnarsdotter: Presentation av avhandlingskapitel Seminariet är inställt.

 

31/5, C450:

Jonas Granfeldt, Lunds universitet: "Sur les rôles de l'âge, de l'input et de la complexité linguistique dans le développement du français par des enfants L2"

Si une grande partie des recherches sur l’acquisition du langage semble aujourd’hui d’accord sur l’existence d’un certain nombre de différences globales entre l’acquisition d’une première langue pendant la petite enfance (L1) et l’acquisition d’une deuxième langue (L2) à un âge adulte, à la fois la nature de ces différences ainsi que les raisons qui permettent de l’expliquer restent encore inconnues ou débattues. Dans notre communication, nous aborderons quelques-unes des questions ouvertes à partir d’un résumé des résultats principaux d’un projet de recherche sur l’acquisition du français financé par Vetenskapsrådet (Startålder och språklig utveckling i franska). Ce projet avait pour but d’étudier certains aspects du développement grammatical du français et du suédois auprès d’un groupe d’apprenants qui se situe, pour ainsi dire, entre la dichotomie traditionnelle L1 vs L2. Il s’agit d’enfants suédophones, entre 3 ans et 10 ans, qui acquièrent le français comme deuxième langue dans le cadre d’une scolarisation en Suède. Pour des raisons théoriques que nous développerons dans notre présentation, l’étude du parcours linguistique des enfants L2, jusqu’à présent peu étudié, pourrait permettre de trancher parmi quelques débats théoriques ouverts concernant les facteurs qui véhiculent le processus d’acquisition. Nos résultats sur le français montrent qu’afin de rendre compte du processus d’acquisition des langues, une approche à plusieurs facteurs sera nécessaire y compris l’âge de début d’acquisition, la qualité et la quantité d’input et le degré de complexité des structures linguistiques à acquérir.

Quelques références

Ågren, M., Granfeldt, J., & Thomas, A. (2014). Combined effects of age of onset and input on the development of different grammatical structures: A study of simultaneous and successive acquisition of French. Linguistic Approaches to Bilingualism, 4(4), 461-492.

Granfeldt, J. (2012). Development of Object Clitics in Child L2 French A comparison of developmental sequences in different modes of acquisition. Language, Interaction and Acquisition, 3(1), 140-162.

Granfeldt, J. (2016). Rôles de l'âge, de l'input et de la L1 dans le développement du français par des enfants L2. Revue Française de Linguistique Appliquée, 21(2), 33-48. Granfeldt, J. (2016). The development of gender in simultaneous and successive bilingual acquisition of French : Evidence for AOA and input effects. Bilingualism: Language and Cognition. DOI: 10.1017/S1366728916001140

Startålder och språklig utveckling i franska. Deltagande forskare (LU): Jonas Granfeldt, Suzanne Schlyter, Anita Thomas och Malin Ågren.